Découverte d’une « Vénus » paléolithique à Amiens

Découverte d’une « Vénus » paléolithique à Amiens

À l'occasion d'une fouille programmée sur le site d'Amiens-Renancourt, une équipe de l'Inrap, en collaboration avec le CNRS, a mis au jour une étonnante « Vénus » du Paléolithique supérieur ancien. Elle est la quinzième statuette découverte sur ce site qui fut peut-être un atelier orienté dans cette production.


0 commentaires

Amiens, Rue Montesquieu Diagnostic Y. Le Béchennec (2019) sur 1,7 ha

 

Ce diagnostic a permis de mettre au jour une série de structures romaines (caves maçonnées, cellier, bâtiments sur solin ou sablières, fossés et grosses fosses d’extraction de craie) correspondant à un secteur d’habitation antique déjà observé à la fin du XIXe s. et au milieu des années 60. La chronologie s’étend des années 30 au IIIe siècle. La période moderne est représentée par des fondations de murs en craie et par un aménagement en terrasse. Source : rapport de diagnostic.

Lire la suite 0 commentaires

Rivery. Diagnostic sur 3,6 ha. Y. Le Bechennec (SAAM) 2019

 

 

 

 Malgré la surface diagnostiquée, le résultat est modeste puisque seule une fosse a livré le col d’un vase datable de la transition Hallstatt/La Tène. Source : rapport de diagnostic.



0 commentaires

Hallu, parc éolien. Diagnostic C .Brouillard (2019)

 

 

 

A l'emplacement de l'éolienne 1, à 2,30 m de profondeur, deux artefacts lithiques du Paléolithique moyen ont été trouvés en position remaniée. Des Vestiges de la guerre 14-18 sont matérialisés par deux tranchées et un impact d’obus. Un lot de douilles de balles de fusil allemand (Mauser M98) a également été recueilli.

 


 

 

 

A l'emplacement de l'éolienne 2, un habitat de La Tène ancienne est matérialisé par un silo profond d’au moins 1,40 m, des fosses et quelques trous de poteaux. Une occupation du Haut Empire est représentée par un probable chemin d’environ 6 mètres de large, bordé par deux fossés de parcellaire. Un probable enclos, se développant hors emprise, est limité par un fossé qui a livré des rejets domestiques (tuiles, céramique)

 


Lire la suite 0 commentaires

Le Crotoy. Diagnostic sur 1,1 ha R. Rougier (Inrap), 2019

 

Le diagnostic a mis en évidence des vestiges bien structurés sur presque toute la surface accessible. Une occupation, qui s’étale entre le VIIe et le Xe siècle, se compose de plusieurs concentrations de structures d’apparence domestique. A ce stade, leur organisation est difficile à appréhender. Des coquilles de coques sont présentes en nombre, soit sous la forme d’amas, soit de manière éparse dans les comblements des nombreuses structures. Ces vestiges sont à rapprocher de ceux observés lors du diagnostic réalisé en 2018, 700 m plus au sud. La problématique est donc la même : site spécialisé lié à la pêche et tourné vers la préparation de la coque (en vue d’une commercialisation ?) ou site occupé de façon pérenne et ayant consommé des coques. Une occupation datée du Bas Moyen Age est surtout matérialisée par des fosses aux comblements souvent charbonneux. A ce stade, nous ignorons si ces vestiges doivent être liés aux fermes de Mayoc qui sont situées dans leur environnement immédiat ou s’il s’agit d’une occupation qui a précédé leur construction.

 

Lire la suite 0 commentaires

Fourcigny. Diagnostic sur 1,1 ha C. Paris (Inrap), 2019

 

Le diagnostic a concerné l'emprise de 4 éoliennes. Seule l'éolienne 4 a livré, dans un fossé, un gros fragment de jarre datée de La Tène finale). Quelques autres tessons observés dans la terre végétale indiquent qu’une occupation gauloise pourrait se situer à proximité. Source : rapport de diagnostic

Lire la suite 0 commentaires

Amiens, rue Gloriette. Diagnostic sur 2500 m². J. Millereux-Le Béchennec (SAAM), 2019

 Ce diagnostic a été l'occasion d'observer la présence de niveaux antiques dans la moitié sud de l'ilot VIII.2. Il a mis en évidence une voirie interne, large de 2,20 m orientée nord-sud avec trottoirs et au moins 4 états successifs dont le premier s'installe après un incendie, ainsi que, de chaque côté de cet axe, des bâtiments d'habitations. L'un, à l'ouest, comporte un hypocauste et des peintures murales et ses murs sont récupérés. L'autre partie, à l'est de ce secteur, est plus difficile à lire, mais l'on distingue au moins 4 états entre la seconde moitié du Ier siècle et le Bas-Empire. À des fondations de murs en craie tassée, succède un bâtiment de plan carré de 3,20 m de côté aux fondations profondes liées à une réoccupation tardive, peut-être en lien avec la zone funéraire connue au nord de la parcelle, par des observations anciennes. La présence d'une sépulture implantée dans l'hypocauste de la demeure ouest pourrait conforter cette hypothèse.

 

À l'exception d'un puits et peut-être d'une fosse, la période médiévale n'est perceptible que par quelques tessons de céramique et un mortier en pierre.

 

L'implantation d'un hôtel à l'époque moderne a rempli l'espace de fondations de bâtiments, de puits et de caves, qui ont été complétées au XIXe siècle.

Lire la suite 0 commentaires

Amiens, rue Gutenberg. Diagnostic sur 8373 m². T. Ducrocq (inrap), 2019

 

Ce diagnostic a révélé une concentration de vestiges du Paléolithique final enfouis à une profondeur comprise entre 1,3 m et 1,8 m. Le site, qui s'étendrait sur une surface comprise entre 150 et 700 m², est localisé sur un dôme limoneux en marge de la plaine alluviale à une centaine de mètres du versant crayeux, source de matière première. L’industrie lithique (près d'une centaine d'artefacts) révèle des activités de taille pratiquées sur place (nucléus à lames, éclat d’entame, nombreux éclats, esquilles et produits laminaires). Des outils variés (grattoirs, burins, fragment de pièce à dos) attestent de multiples activités. Source : rapport de diagnostic.

 

Lire la suite 0 commentaires

Amiens, Avenue Pierre Mendès-France. Diagnostic sur 7800 m². T. Ducrocq (Inrap), 2019

 

Ce diagnostic est localisé dans la plaine alluviale près de la confluence des vallées de la Selle et de la Somme. De l’industrie lithique (35 artefacts) témoigne dune ou plusieurs implantations préhistoriques sur une petite éminence qui dominait la plaine alluviale. Elle est orientée vers la production de lames relativement peu régulières. Le corpus compte des éléments de débitage, un grattoir et un burin. Quelques artefacts chauffés signalent l’existence probable de structures de combustion. Le contexte morpho-sédimentaire et les caractéristiques techno-typologiques des objets orientent vers une attribution au Paléolithique final à Federmesser. L’extension maximale du site est comprise dans une fourchette entre 800 et 1 500 m². Ce gisement peut témoigner d’un campement étendu occupé longtemps et/ou résulter d’une suite d’occupations diachroniques en un lieu particulièrement attractif. Source : rapport de diagnostic.

 

Lire la suite 0 commentaires

Billancourt. Diagnostic sur 3939 m². D. Kiefer (Inrap), 2019

 

A l'emplacement d'une éolienne, huit structures y ont été mises au jour dont trois fossés et un trou de poteau. L'un des fossés a livré de la céramique de la Protohistoire récente (IIe s. av. n.è). Source : rapport de diagnostic.

 

Lire la suite 0 commentaires

Corbie. Diagnostic sur 3,7 ha. T. Ducrocq (Inrap), 2019

 

Un long fossé a livré quelques tessons datés de la seconde moitié du IIe s. Quelques fossés peu profonds ont livré quelques briques associées à de rares tessons du Moyen-Âge. Source : rapport de diagnostic.

 

Lire la suite 0 commentaires

Ferrières. Diagnostic sur 2,1 ha. R. N. Descheyer (Inrap), 2019

 

Hormis deux fosses et une section de fossé qui n'ont pu être datés, seule une tranchée défensive anglaise crénelée creusée au printemps 1918 a été mis au jour sur une vingtaine de mètres. Elle passait par Hénencourt, Coisy, Argoeuves, Dreuil, Ailly-sur-Somme et Ferrières. Large de 1,90 m, elle est conservée sur une profondeur de 1 mètre ; Source : rapport de diagnostic.

 

Lire la suite 0 commentaires