Archéologie des civilisations médiévales et modernes

 

Mercredi 11 avril (9 h-13 h)

Université de Picardie Jules Verne

 

 

Éthiopie, la légende de Lalibela (26'), réalisé en 2016 par Agnès Molia et Nathalie Laville (Tournez SVP Arte France). Depuis plus de huit siècles, Lalibela, petite ville perdue au cœur des montagnes éthiopiennes, attire des dizaines de milliers de pèlerins orthodoxes qui viennent se recueillir dans l’une des douze églises creusées dans le roc, inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco. Jusqu’à présent, seule la légende racontait l’histoire de ces lieux monolithiques. Mais des archéologues ont décidé de faire la lumière sur l’histoire de ce lieu saint.

 

Mont-Saint-Michel. Le labyrinthe de l’archange (87'), réalisé en 2017 par Marc Jampolsky (ARTE France, Gedeon Programmes, INRAP, CNRS Images, Le Centre des Monuments nationaux). À la faveur d’un vaste chantier de restauration, historiens et archéologues lèvent le voile sur les mystères architecturaux d’un monument qui n’a cessé de se reconstruire au cours de ses treize siècles d’histoire tumultueuse. Sa silhouette, aujourd’hui iconique, aimante chaque année plusieurs millions de visiteurs venus du monde entier. Comment ce modeste îlot de granit, perdu entre la Bretagne et la Normandie, a-t-il traversé les siècles contre vents et marées ? Refuge d’ermites, sanctuaire dédié au culte de saint Michel, puissant monastère bénédictin, écrin de splendeurs romanes et de merveilles gothiques, forteresse invincible, enfer carcéral, monument classé... : au fil de sa chaotique destinée, étroitement rivée à la grande histoire, le Mont-Saint-Michel a connu d’innombrables métamorphoses qui continuent de questionner les spécialistes. À l’occasion d’un récent chantier de restauration, archéologues, historiens et scientifiques se sont de nouveau penchés sur les énigmes de ce lieu unique. À l’aide des rares écrits conservés, mais surtout des dernières techniques de modélisation et de datation, ces experts sont parvenus à faire parler les pierres pour recomposer le tracé des couloirs, identifier les contours et fonctions de bâtiments disparus, et débrouiller l’imbroglio architectural qui caractérise le rocher. Car sous ses dehors harmonieux, croisant puissance et raffinement, le Mont-Saint-Michel s’apparente en réalité à un entrelacement d’éléments disparates, dont il n’existe pas de plan exact. Les éclairages des chercheurs, associés à des reconstitutions en 3D, dévoilent ainsi avec une précision inédite les étapes successives de l’édification du site, tout en retraçant les événements politiques, historiques ou naturels qui ont dicté ces restructurations. Traversé de sublimes images et séquences d’animation, ce film de Marc Jampolsky rend un passionnant hommage au génie des bâtisseurs d’antan, qui ont su s’adapter à la complexité du relief et à la magie de ce petit morceau de terre entre ciel et mer.

 

https://www.franceinter.fr/emissions/capture-d-ecrans/capture-d-ecrans-22-decembre-2017

 

 

 

 

 

Ce documentaire a été présenté au palais des archevêques de Narbonne lors des rencontres d’archéologie de la Narbonnaise, le 30 septembre 2017. Il présente notamment l’apport des restitutions en images de synthèse 3D dans le documentaire d’archéologie et porte sur les travaux de modélisation conduit sur le site du Mont Saint-Michel. La conférence a été filmée. 

 

 

Great Zimbabwe, le passé retrouvé (26'), réalisé en 2016 par Agnès Molia et Mikael Lefrançois (Tournez SVP Arte France). Les premiers explorateurs de la fin du XIXe siècle ont attribué les ruines monumentales de Great Zimbabwe aux Phéniciens, et non aux Africains. Cette théorie sert alors les intérêts du pouvoir colonial dans ce territoire de l'Empire britannique qu'est la Rhodésie du Sud. Pourtant, des archéologues ne vont pas tarder à contester cette thèse pour établir que le site est l’œuvre des Shona, un peuple autochtone, qui représente aujourd'hui plus de la moitié de la population du Zimbabwe.

 

Avignon, le pont retrouvé (52'), réalisé en 2016 par Henri-Louis Poirier (Gédéon Programmes, PY Films). Par la grâce d' une chanson d'enfant enseignée dans les écoles partout dans le monde, des centaines de millions de gens ont un Pont d'Avignon dans la tête. Un pont singulier où l'on danse d'une curieuse manière, un pont intime lié à l'enfance de chacun. Mais son image reste imprécise. Ce monument, l'un des plus célèbres au monde, est très surprenant : collé à des murailles de conte de fées, dominé par un rocher abrupt, surmonté d'une insolite chapelle sur une de ses piles... et surtout un pont arrêté net, comme une falaise de pierre au-dessus du fleuve. Automatiquement les question s surgissent : que lui est-i l arrivé? Où menait -il ? À quoi ressemblait-il, entier, au moment de sa splendeur ?

 

La cité oubliée de Loropéni (8'), réalisé en 2016 par Nicolas Baker (CNRS Images). Qui a bâti cette forteresse ? À quelle époque et dans quel but ? Protégée par des murs de 6 mètres de haut, sans accès apparent, cette enceinte du sud-ouest du Burkina Faso suscite plus de questions que de réponses.Suivez l'équipe pluridisciplinaire de chercheurs qui tente de percer les secrets de ces ruines mystérieuses qui remontent au XVe siècle.

 

 

 

 

 

Prochainement

Prochaine conférence :

Prochain Cin'Archeo

 4 mai 2018

 La Grande-Bretagne Celtique

 

Voir le blog associationciras.org