jeu.

09

mai

2019

Villers-sur-Authie. Diagnostic sur 2,1 ha. R. Rougier (Inrap), 2018

 

Cette opération, à l'emplacement d'une carrière, a permis de compléter les résultats d'un premier diagnostic réalisé en 2015. Un enclos quadrangulaire de 65 m de largeur, pour une superficie d'environ 4000 m², est matérialisé par deux ou trois fossés concentriques. A l’intérieur de l’enceinte, on note la présence de quelques fosses tandis que l’extérieur est vide. Cet enclos, qui se poursuit en dehors de la carrière semble inclus dans un système fossoyé plus large, limité sur le côté sud par un fossé qui ferme l’organisation. Côté ouest et au nord, des fossés peuvent appartenir à un parcellaire. L'occupation couvre le Ier siècle av. n. è. et au moins toute la première moitié du Ier siècle de n. è. Source : rapport de diagnostic.

 

Lire la suite 0 commentaires

mar.

23

avril

2019

Villers-Bocage, Diagnostic sur 5,6 ha. C. Brouillard, (Inrap), 2018

 

Des indices de fréquentation des lieux au Néolithique final sont illustrés par une industrie lithique très peu abondante mais les outils sont relativement nombreux. Ce diagnostic a permis de mettre au jour l’angle sud-ouest de l’enclos d'une ferme gauloise fouillée en 2017 (fig. 1). Une nécropole a été mise en évidence à environ 160 mètres au sud-ouest. Neuf sépultures daté de La Tène C2, circonscrites par un petit fossé, ont été identifiées. La sépulture qui a été fouillée (fig. 1) n'était conservée que sur 10 cm de profondeur. Elle a livré, outre un petit amas osseux symbolique (adulte ou subadulte) dans lequel était déposée une fibule en fer, quatre vases (deux formes basses et deux formes hautes), dont un déposé à l’état partiel et à part des autres. A proximité des sépultures, un puits (fig ; 3)a livré dans son comblement supérieur de la céramique disparate (Protohistoire ancienne et récente). Quelques structures éparses (fosses et trous de poteau) ont livré un peu de céramique gallo-romaine. Trois anciens chemins, antérieurs au premier conflit mondial, de fosses, de fosses de plantation et de traces de la première guerre mondiale ont également été relevés.

 

Lire la suite 0 commentaires

dim.

21

avril

2019

Chépy. Diagnostic sur 5,4 ha. A. Dubois (Inrap), 2018

 

 

 

Un fossé qui pourrait appartenir à un enclos a livré des tessons de céramiques datés entre 50 et 120 de n.è. Deux autres fossés, probablement des limites de parcelles, n'ont pu être datés.

 

Lire la suite 0 commentaires

mer.

17

avril

2019

Le Crotoy. Diagnostic sur 12,5 ha. A. Gapenne (Inrap), 2018

 

Ce diagnostic a révélé une série d’occupations qui s’étendent de la Protohistoire ancienne à la période moderne.

 

Une occupation de la fin du premier âge du Fer ou de La Tène ancienne est matérialisée par une fosse (fig. 1) et de la céramique recueillie dans des colluvions ou en position résiduelle.

 

Un site repéré par R. Agache (fig.2), également visible sur les vues satellites (fig 3), a été retrouvé au diagnostic. Trois enclos quadrangulaires de taille différente (400, 1900 et 4000 m²) et orientés est-ouest ont en effet été mis au jour (fig 4). Leur fonction reste à déterminer même si les rejets cumulés dans les fossés et la présence de fosses, d'un silo et de troux de poteaux sans organisation apparente, laissent présager de la présence d’un habitat dont l'occupation s'étendrait du Ier s. av. n.è. au Ier s. Ils sont associés à une vaste zone de presque 3000 m² où s’accumulent, dans une dépression naturelle, des rejets (parois de four, de grille, de plots en terre cuite (ou hand-bricks) et une quantité très importante de fragments de moules à sel) issus d’une production de sel ignigène d’origine marine (fig. 5). A environ 200 m au nord-est, au moins un fossé et plusieurs fosses ayant livré de la céramique et de la faune atteste de la présence d’un habitat contemporain.

 

Entre ces deux secteurs, une nécropole à incinération (environ 600 m²) comprend au moins 25 sépultures. La tombe testée, datée de La Tène finale, (fig.6), a livré, outre l'amas osseux, un vase. Une sépulture isolée, qui renfermaiy 6 vases, est datée du début de la période augustéenne.

 

Dans la partie nord de l’emprise, une occupation de la période romaine est représentée par plusieurs constructions et une vaste couche de démolition répartie sur une surface d’un peu plus de 2000 m² (fig 7). Ces bâtiments étaient des constructions à pans de bois reposant sur des solins en galet. L’un d'eux pourrait atteindre une surface de presque 180 m² et le second qui pourrait être une pièce d’un bâtiment plus vaste couvre environ 50 m². Le mobilier provient essentiellement de la couche de démolition et couvre le IIe siècle au début du IVe siècle.

 

Une occupation des XV-XVIe est matérialisée par plusieurs tronçons de fossés, les vestiges d’un four (fig 8) et des fosses.

 

Lire la suite 0 commentaires

sam.

06

avril

2019

Bettencourt-Rivière, Parc éolien Diagnostic sur 2500 m². D. Kiefer (Inrap), 2018

 

A l'emplacement de l'éolienne 1, un segment de fossé incurvé, de 2,40 m de large a été creusé dans la craie sur un mètre de profondeur. Aaucun artefact n’a été découvert permettant de le dater Source : rapport de diagnostic.

 

0 commentaires

Prochaines conférences

Prochain Cin'archéo

Voir le blog associationciras.org