Conférence : la plateforme de Méaulte par Laurent Duvette et Nathalie Soupart

L'étude du matériel permet de faire des hypothèses de reconstitutions.

A l'époque gauloise cinq établissements domestiques se sont développés du milieu du IIIe siècle au milieu du Ier siècle avant n.e, séparés les uns des autres par une distance allant de 500m à 1km.

Dans les restitutions on retrouve la zone d'habitat, les dépendances, le grenier.

A l'époque gallo-romaine on retrouve 4 sites dans la continuité des établissements gaulois. Certains ont été repérés par Roger Agache.

Nathalie Soupart présente l'étude de l'occupation funéraire.

Pour la période gauloise on a 3 ensembles funéraires gaulois allant de 450 à 30 av n.e.

A l'époque de la Tène ancienne on a des grandes nécropoles hiérarchisées.

A la Tène moyenne la pratique de la crémation se met en place et perdurera jusqu'à l'époque gallo-romaine. Les nécropoles sont plus petites et dispersées autour des habitats.

La nouvelle pratique de l'incinération se traduit en archéologie par la découverte d'amas osseux et de bûchers funéraires.

Après la crémation on récupère les restes dans un contenant (céramique ou sac en cuir) ou dans une fosse. L'archéologue peut ainsi faire l'identification du défunt (sexe, âge...)

L'étude du matériel et l'aménagement des tombes permet de définir les relations entre les défunts : situation sociale, liens familiaux...

Dans les amas osseux on retrouve des bijoux, boucles de ceinture, bracelets, objets de toilette..., des vases en céramiques, des grands  couteaux pour les sacrifices d'animaux destinés aux offrandes ou aux banquets funéraires. On peut aussi retrouver les carcasses de ces animaux.


Pendant la période romaine l'incinération est pratiquée jusqu'au Ier siècle ; puis l'inhumation s'impose fin IIIè siècle et devient exclusive au IVè siècle. Les nécropoles sont alors loin des habitations, hors des enceintes des villes.

Les offrandes sont des objets en relation avec les croyances religieuses romaine s : patères, cruches, qui correspondent aux rites funéraires, ablutions purificatrices.

On ne trouve pas d'enfants : ils étaient enterrés ailleurs et n'avaient pas accès aux nécropoles, comme une partie de la population d'ailleurs.A l'époque romaine dans les cimetières on ne trouve pas d'enfant avant 3 ans. L'enfant dans la société à l'époque n'a pas d'existence juridique avant son adolescence. On les mettait dans des puits ou des silos et ils n'avaient pas de sépulture.


Voir aussi l'article de présentation de la conférence ici

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Prochaines conférences

19 avril 2019

Lydie Blondiau : Ailly-sur-Somme, habitats et nécropoles laténienne et romaine

17 mai 2019

Cécile Brouillard. La nécropole gauloise de la Chavatte

7 juin 2019

Amandine Marshall. La découverte de la tombe de Touthankamon

14 juin 2019

Eric Rieth. Visite guidée  de la fouille subaquatique d'Epagne-Epagnette.

Prochain Cin'archéo

3 mai 2019

Spécial Touthankamon

Voir le blog associationciras.org