Cinarchéo vendredi 1er juin

Au fond des mers

CIN’ARCHEO vous convie à sa prochaine séance le vendredi 1 juin 2018 (20 h 30) à la
DRAC (Salle Robida). A cette occasion seront diffusés quatre épisodes de la série
« Enquêtes en eau profondes » . Cette série documentaire (10 x 26') a été réalisée en 2017
par Guilain Depardieu et Frédéric Lossignol (Coproduction GEDEON Programmes,
DRASSM, Ministère de la Défense. Avec la participation de Science & Vie TV et RMC
Découverte). Elle nous fait partager le quotidien exceptionnel d’une équipe d’experts
archéologues sous-marins qui, dans une traque haletante, tentent de localiser, identifier
et préserver des épaves uniques gisant dans les grandes profondeurs sous-marines. Une
passionnante plongée dans l’Histoire, depuis l’époque romaine et le transport des
amphores, jusqu’aux combats navals des sous-marins de la Seconde Guerre mondiale

Le robot des abysses. Avril 2016. Au large de
Toulon, l’équipe du DRASSM, accompagnée des
roboticiens de l’Université de Montpellier et de
l’Université américaine de Stanford, s’apprête à
faire plonger pour la première fois sur une
épave un robot humanoïde. Son nom : Ocean
One. Une étrange créature sortie tout droit d’un
film de science-fiction, que les chercheurs
californiens ont développé en concertation avec
les Français pour remplacer l’homme à très
grande profondeur. Sa toute première mission
sera d’aller prélever des vestiges sur l’épave de la Lune, un vaisseau de Louis XIV coulé en
1664. Des essais réalisés en piscine à Stanford jusqu’à la mission de prélèvement sur l’épave,
en passant par ses premiers tests en mer effectués aux côtés des plongeurs du DRASSM, vous
allez revivre chaque étape franchie par Ocean One. Va-t-il réussir à prélever, seul, un vestige
à 90 mètres de profondeur au cours de sa toute première mission au large de Toulon ? Pour
le savoir, revivez, minute par minute, la plongée d’Ocean One, le robot des abysses.

Le mystère du cuirasse Danton. Janvier
2008. A 35 kilomètres au sud de la
Sardaigne, un navire détecte une épave
non identifiée située à plus de 1.000 mètres
de profondeur. Après enquête, les
archéologues découvrent qu’il s’agit du
cuirassé français Danton, torpillé en 1917
par le sous-marin allemand U64 et que
personne n’avait jamais retrouvé. Après
plusieurs années consacrées au
développement de nouveaux outils de prises de vue et d’éclairage, l’équipe du DRASSM (Département des recherches
archéologiques subaquatiques et sous-marine) part en mission pour explorer pour la
première fois cette épave. Que reste-t-il du cuirassé après un siècle passé sous l’eau ? Que
révèle l’épave sur les conditions de son naufrage ? Embarquez pour une plongée de l’extrême
dans la nuit des abysses et revivez la fin du Danton et de près de 300 membres de son
équipage.

Le sous-marin fantôme. Nuit du 13 au
14 août 1943. Le sous-marin britannique
HMS Saracen est repéré au large de la
Corse par 2 corvettes de la marine
italienne. Après 1 heure de traque, le
sous-marin est touché par des grenades
sous-marines. Le capitaine anglais
Lumby décide de saborder son navire
pour éviter qu’il ne tombe aux mains de
l’ennemi. Il se jette à l’eau avec son
équipage après avoir ouvert les vannes
de coque pour couler le sous-marin. 2 marins sont portés disparus. Les rescapés sont faits
prisonniers par les italiens. Depuis cette nuit d’août 1943, le Saracen n’avait jamais été
retrouvé. 70 ans plus tard, après une longue enquête dans les archives des marines
britanniques et italiennes, Michel L’Hour, directeur du DRASSM (Département des
recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines) et son équipe partent à la
recherche de l’épave. Vont-ils retrouver le point précis où a coulé le sous-marin afin d’en
filmer les vestiges au fond de l’eau ? Préparez-vous à revivre la quête du Saracen, au cours
de laquelle les nerfs des archéologues français vont être mis à rude épreuve !

Le naufrage du Francesco Crispi. Avril
1943. Affrété par la marine italienne, le
Francesco Crispi, un paquebot de 7.600
tonnes, fleuron de la marine marchande
italienne, quitte Gênes pour rejoindre la
Corse. A son bord, des armes, des
munitions et surtout un corps de troupe
de 1300 hommes. Sur sa route, le Crispi
croise le sous-marin britannique HMS
Saracen qui lui expédie deux torpilles. Le
Crispi coule en quelques minutes. Plus de
900 hommes y perdent la vie. Malgré de nombreuses recherches, l’épave du paquebot n’avait
jamais été retrouvée. Accompagné par Guido Gay, spécialiste italien de l’histoire du
Francesco Crispi, Michel L’Hour, directeur du DRASSM (Département des recherches
archéologiques subaquatiques et sous-marines) et son équipe partent à la recherche de
l’épave. A bord de leur navire de recherche l’André Malraux, les archéologues français ont
embarqué des représentants des autorités italiennes qui leur ont confié une mission
inhabituelle : déposer une médaille sur l’épave pour honorer la mémoire de ceux qui ont
perdu la vie au cours du naufrage. Revivez à leur côté cette mission franco-italienne unique
sur les lieux de l’une des plus grandes tragédies maritimes de la seconde guerre mondiale.

01062018.pdf
Document Adobe Acrobat 2.9 MB

Prochaine conférence

Voir le blog associationciras.org