Abbeville Une découverte archéologique historique

Le journal d'Abbeville - 26/10/2016

Des outils datant de 600 000 ans ont été trouvés lors d'une fouille au quartier de l'Espérance. La preuve que des hommes préhistoriques vivaient à Abbeville.

Lors d’un sondage archéologique qui s’est déroulé en plein cœur du quartier de l’Espérance, les historiens et chercheurs ont fait une découverte majeure : des outils vieux de 600 000 ans fabriqués par l’homme préhistorique.

Durant deux jours, une pelleteuse a creusé de profonds trous au cœur du quartier de l’Espérance en début de semaine dernière. Il n’était aucunement question de nouveaux travaux. Il s’agissait d’un sondage archéologique exceptionnel mené par l’INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives), le CNRS (Centre national de la recherche scientifique) et le muséum d’histoire naturelle.

Un sondage réalisé dans le bien nommé quartier qui a donné lieu à une découverte majeure. Arnaud Hurel, historien au muséum d’histoire naturelle Département de Préhistoire d’expliquer : « quand nous avons appris que la ville allait réhabiliter ce quartier, nous avons demandé au maire s’il était possible d’effectuer ce sondage pour trouver d’éventuels éléments datant du paléolithique. Et comme le muséum a un partenariat avec la commune, Nicolas Dumont a accepté avec plaisir »

Et comme le souligne l’historien : « bien nous en a pris, tout le monde s’est pris au jeu et le jeu en valait la chandelle ! ». Après une journée de recherches dans une terre enfouie à 5 mètres de profondeur datant de plusieurs centaines de milliers d’années, la frénésie s’est emparée des chercheurs.

 

En l’espace de dix minutes, Marie-Hélène Moncel, directeur de recherche au CNRS et responsable du programme de recherche sur l’Acheuléen était ravie de pouvoir nous montrer deux trouvailles aussi extraordinaires qu’historiques : « nous venons de trouver deux éclats qui sont les résidus de la fabrication d’un biface. Nous pouvons affirmer que ces silex ont été façonnés par l’homme préhistorique il y a 600 000 ans voire plus. L’homme préhistorique se servait de ces éclats pour couper de la peau ou de la viande ou encore pour fabriquer des armes. » (…)

Article complet à lire dans notre édition de cette semaine (26 septembre) ou en ligne sur notre site internet.

 

La Somme coulait ici il y a 600 000 ans
Les trous creusés à 5 mètres de profondeur ont fait apparaître des strates avec une terre changeant de couleur. « Cette stratigraphie » explique l’historien du muséum d’Histoire naturelle « est le résultat des dépôts laissés par la Somme au fil des siècles. Car, bien qu’il soit difficile de l’imaginer, la Somme coulait à cet endroit il y a 600 000 ans. Le site du Moulin Quignon est le prolongement de la nappe de la carrière Carpentier. C’est pourquoi, on peut espérer retrouver des squelettes d’animaux comme les ancêtres de l’éléphant ou de l’hippopotame qui venaient s’abreuver au bord de l’eau ».

 

lire l'article ici

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Prochainement

 

Attention! pas de cin'archéo en mai, la salle n'est pas accessible!

Mercredi 21 juin

Visite des fouilles d'Epagnette à 14 h avec Eric RIETH

Prochaine conférence :

Samedi 23 septembre :

Journée à Samara

Voir le blog associationciras.org