Diagnostic sur un parc éolien, sur 2,2 ha (D. Kiefer, 2015)

A Caulières (éolienne 1), deux éclats en silex émoussés ont été mis au jour, en position secondaire , à 1 m de profondeur, à la base des limons gris orangé. Leur patine est différente. L’un est simplement voilé, l’autre est blanc-jaune. Le premier éclat, un proximal, présente les caractéristiques techniques du débitage Levallois.

A Lamaronde (éolienne 8), un nucléus Levallois, de type récurrent unipolaire a été trouvé au contact de l’argile à silex sous-jacente à la terre arable. Il est lustré mais conserve des arêtes saillantes. La surface de débitage est préparée, les convexités distales sont marquées, les convexités latérales sont entretenues par le débitage et suppléées par quelques enlèvements sur le côté droit de la pièce, tandis que le bord opposé reste cortical.

A Thieulloy-l'Abbaye (éolienne 9), huit artefacts en place ont été extraits d’un limon humifère probablement contemporain d’une phase steppique se développant vers 70 000 ans. La technologie lithique y est majoritairement Levallois et correspond aux technologies en cours à cette période. Des artefacts, recueillis hors stratigraphie ou en position remaniés, témoignent d’un débitage laminaire et d’éléments discoïdes également présents lors du Dernier Glaciaire. Source : rapport de diagnostic.





Écrire commentaire

Commentaires: 0

Prochaines conférences

Vendredi 14 décembre 2018 : Les animaux dans la Grande Guerre par Alice Bourgois

Prochain Cin'archéo

Voir le blog associationciras.org