Le Crotoy. Diagnostic sur 12,5 ha. A. Gapenne (Inrap), 2018

 

Ce diagnostic a révélé une série d’occupations qui s’étendent de la Protohistoire ancienne à la période moderne.

 

Une occupation de la fin du premier âge du Fer ou de La Tène ancienne est matérialisée par une fosse (fig. 1) et de la céramique recueillie dans des colluvions ou en position résiduelle.

 

Un site repéré par R. Agache (fig.2), également visible sur les vues satellites (fig 3), a été retrouvé au diagnostic. Trois enclos quadrangulaires de taille différente (400, 1900 et 4000 m²) et orientés est-ouest ont en effet été mis au jour (fig 4). Leur fonction reste à déterminer même si les rejets cumulés dans les fossés et la présence de fosses, d'un silo et de troux de poteaux sans organisation apparente, laissent présager de la présence d’un habitat dont l'occupation s'étendrait du Ier s. av. n.è. au Ier s. Ils sont associés à une vaste zone de presque 3000 m² où s’accumulent, dans une dépression naturelle, des rejets (parois de four, de grille, de plots en terre cuite (ou hand-bricks) et une quantité très importante de fragments de moules à sel) issus d’une production de sel ignigène d’origine marine (fig. 5). A environ 200 m au nord-est, au moins un fossé et plusieurs fosses ayant livré de la céramique et de la faune atteste de la présence d’un habitat contemporain.

 

Entre ces deux secteurs, une nécropole à incinération (environ 600 m²) comprend au moins 25 sépultures. La tombe testée, datée de La Tène finale, (fig.6), a livré, outre l'amas osseux, un vase. Une sépulture isolée, qui renfermaiy 6 vases, est datée du début de la période augustéenne.

 

Dans la partie nord de l’emprise, une occupation de la période romaine est représentée par plusieurs constructions et une vaste couche de démolition répartie sur une surface d’un peu plus de 2000 m² (fig 7). Ces bâtiments étaient des constructions à pans de bois reposant sur des solins en galet. L’un d'eux pourrait atteindre une surface de presque 180 m² et le second qui pourrait être une pièce d’un bâtiment plus vaste couvre environ 50 m². Le mobilier provient essentiellement de la couche de démolition et couvre le IIe siècle au début du IVe siècle.

 

Une occupation des XV-XVIe est matérialisée par plusieurs tronçons de fossés, les vestiges d’un four (fig 8) et des fosses.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Prochaines conférences

7 juin 2019

Amandine Marshall. La découverte de la tombe de Touthankamon

14 juin 2019

Eric Rieth. Visite guidée  de la fouille subaquatique d'Epagne-Epagnette.

Prochain Cin'archéo

3 mai 2019

Spécial Touthankamon

Voir le blog associationciras.org