Cinarchéo 5 avril : D'Avignon en Corse

 CIN’ARCHEO vous convie à sa prochaine séance le vendredi 4 avril 2019 (20 h 30) à la DRAC (Salle Robida)

 

 

 

Avignon, le pont retrouvé. Documentaire de 52’ réalisé en 2016 par Henri-Louis Poirier (Gédéon Programmes, PY Films). Par la grâce d'une chanson d'enfant enseignée dans les écoles partout dans le monde, des centaines de millions de gens ont un Pont d'Avignon dans la téte. Un pont singulier où l'on danse d'une curieuse manière, un pont intime lié à l'enfance de chacun. Mais son image reste imprécise. Ce monument, l'un des plus célèbres au monde, est très surprenant : collé à des murailles de conte de fées, dominé par un rocher abrupt, surmonté d'une insolite chapelle sur une de ses piles... et surtout un pont arrété net, comme une falaise de pierre au-dessus du fleuve. Automatiquement les questions surgissent : que lui est-il arrivé? Où menait-il ?À quoi ressemblait-il, entier, au moment de sa splendeur ?

 

 

 

Les cathédrales du désert, la Corse du moyen-âge. Documentaire de 52’ réalisé en 2009 par Marc Azéma (STELLA PRODUCTIONS). Cette histoire nous conduit sur le chemin des cathédrales, châteaux et villages érigés entre le Xe et XVIe siècle en Corse. Cette petite île du bassin méditerranéen, également nommée par les Grecs kalliste est à cette époque, sous domination Génoise. La propagation de christianisme se traduit par l'implantation d'un nombre important d'édifices religieux sur tout le territoire. Le site archéologique de Sagone, à coté d'Ajaccio, illustre l'évolution du christianisme sur toute cette période ....et même au delà. Ainsi, les vestiges explorés par l'équipe de fouille dirigée par Daniel Istria permettent de remonter le temps. Leur recherche nous conduisent aux quatre coins de l'île : De Saint-Florent à Rostino, de Mariana à Bonifacio, afin de percer enfin le mystère des cathédrales construites dans le « désert » et d'appréhender différemment cette période de l'histoire de la corse. De superbes reconstitutions en images de synthèse 3D illustrent les évolutions architecturales d'édifices occupés sur une longue période. Elles traduisent les finalités et mode d'occupations possibles à travers leur transformation aux cours des siècles. Une cathédrale disparue, un baptistère paléochrétien et un château fort perché au centre de l'île finissent de transporter le spectateur vers cette époque lointaine.

 

04042019.pdf
Document Adobe Acrobat 271.8 KB

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Prochaines conférences

18 octobre :  Fouille d’une ferme du second âge du Fer à Rivery par Yves Lebéchennec

Prochain Cin'archéo

8 novembre :

Voir le blog associationciras.org