mar.

13

sept.

2016

AMIENS L’archéologue passe à la trappe

Courrier picard du 12/09/2016

Son poste au sein du service d’archéologie préventive de la Métropole est supprimé. Éric Binet, investi depuis 37 ans, a été reçu pour un entretien préalable à son licenciement.

Passionné par son métier, connu et reconnu depuis 37 ans, pour les fouilles de l’ancien palais des sports ou du théâtre antique dans le quartier de la gare, Éric Binet avoue lui-même être une forte tête. «  Ma manière de servir n’est sans doute plus la bonne  », explique l’archéologue dont le poste est supprimé de l’organigramme du service archéologie préventive d’Amiens Métropole qu’il avait intégré en 2011. Il avait rendez-vous ce lundi 12 septembre avec Dominique Fiatte, le directeur général des services pour un entretien préalable à son licenciement.

 

Si la porte d’un reclassement au sein de la collectivité, au musée ou au service patrimoine vu son profil, n’est, sur le papier, pas fermée, «  son licenciement est déjà acté  », assure Didier Lesueur du syndicat Sud. Surtout Éric Binet ; en congés de l’institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) pour travailler dans le service créé par Amiens Métropole, ne réintégrera pas son corps d’origine. «  J’ai reçu un courrier le 9 septembre me précisant qu’il n’y avait aucun poste équivalent disponible pour l’instant sur le plan national  », explique l’intéressé qui a une spécialité antiquité. «  Il est prioritaire  », insiste de son côté la Métropole. Lors du conseil d’Amiens Métropole du 4 juillet dernier, où la suppression de son poste a été votée, Brigitte Fouré, vice-présidente chargée du personnel, avait précisé que son reclassement à l’INRAP avait été «  regardé de près  ». Pour Amiens Métropole, «  le maintien à l’effectif de ce poste n’est pas justifié au regard de l’activité du service  », d’autant que le poste d’Éric Binet fait doublon avec celui du chef de service. «  L’existence de 2 responsables présentant la même compétence chronologique n’est donc plus nécessaire  ».

 

Le licenciement d’Éric Binet fait craindre une disparition du service d’archéologie préventive. Des élus de l’opposition étaient d’ailleurs montés au créneau sur ce thème lors du conseil métropolitain. «  Les agréments du ministère de la culture qui étaient à renouveler sont suspendus depuis le 18 juillet, argumente Éric Binet, le service ne peut donc plus répondre aux appels d’offres pour des fouilles à mener ». Si «  c’est très dur à avaler  », Éric Binet qui est un ancien champion de lutte, n’a pas dit son dernier mot.

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Belle Miga (dimanche, 22 janvier 2017 23:24)


    Spot on with this write-up, I absolutely think this website needs a lot more attention. I'll probably be back again to read more, thanks for the info!

Prochainement

 avrilCinarchéo vendredi 7 avril

Voir le blog associationciras.org