jeu.

28

juil.

2016

MONCHY-LAGACHE Des squelettes découverts sur le chantier de la future école

Courrier picard 28 juilet 2016

Les fouilles archéologiques du terrain ou doit être construite la future école ont permis de mettre au jour des squelettes, indiquant la présence d’une nécropole mérovingienne.

Une nécropole mise au jour… rue du cimetière. Ça ne s’invente pas ! Elle a été découverte il y a quelques jours là où une école doit être construite d’ici 2018. Une grande école de 9 classes qui doit regrouper les enfants des communes de Monchy-Lagache, Tertry, Ugny-L’Equipée, Y, Quivières, Croix-Moligneaux et Matigny. Le projet bien ficelé et monté par la commune de Monchy-Lagache et la communauté de communes démarrait enfin, avec les fouilles archéologiques. Et patatras ! Dans la matinée du lundi 4 avril, la découverte est faite sur le terrain appartenant à la commune, sur lequel est prévu le chantier.

Quatre squelettes découverts

en quelques minutes

Comme le stipule la loi, avant chaque construction collective, le maître d’œuvre est tenu de faire faire des fouilles archéologiques, réalisées par l’INRAP, Institut national de recherches archéologiques préventives. En ce matin du 4 juillet donc, une grue arrive et commence à creuser des tranchées tous les 15 mètres. Tranchées de 2 mètres de large, 50 centimètres de profondeur. et très vite, des objets sont mis au jour : une boucle de ceinturon, un bouton, une lance, un élément de poterie, une fibule (un crochet de cape), un couteau. Une nouvelle tranchée est creusée et un premier squelette est découvert. Puis un deuxième, un troisième, un quatrième. Des squelettes incomplets, d’hommes mesurant environ 1,70m, et aussi des enfants.

Les découvertes ne s’arrêtent pas là. les traces d’un fossé périphérique apparaissent. Ce qui permet de déterminer la présence d’une nécropole de l’époque mérovingienne (Ve au VIIIe siècles). Une partie de ce fossé est située sur le terrain de la municipalité, l’autre partie semble être sous le terrain d’un particulier. Les archéologues de l’INRAP procèdent donc à des fouilles approfondies durant plusieurs jours, de manière discrète. Il ne faut surtout pas ébruiter l’information. Le terrain étant à l’abri des regards indiscrets, il faut éviter les curieux et surtout les pillards. Le site est partiellement fouillé et selon la taille du fossé périphérique, il est estimé que la nécropole pourrait contenir entre 580 et 620 squelettes. Certains corps ont été enterrés à même la terre, les nobles ou les chefs devant être plus profondément enterrées, dans des sarcophages.

En 1989, déjà des vestiges gallo-romains mis au jour

Quatre squelettes ont été prélevés et emmenés par les techniciens de l’INRAP pour être analysés et depuis, les tranchées ont été rebouchées et la commune est désormais dans l’attente. Il faut maintenant écouter la décision et les préconisations du directeur de la direction régionale des affaires culturelles (DRAC) qui devrait intervenir d’ici la fin août ou début septembre, afin de savoir quelle sera la suite à donner à ces fouilles. Des recherches complémentaires devraient être entreprises afin de confirmer la présence du nombre de squelettes enterrés dans cette nécropole mérovingienne, et des recherches afin de les retirer de la terre.

Une découverte qui confirme que Monchy-Lagache a toujours été un bassin de vie, même bien avant l’époque mérovingienne, puisque lors des fouilles de l’autoroute 129 en 1989, des vestiges gallo-romains avaient été mis au jour.

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Prochainement

 avrilCinarchéo vendredi 7 avril

Voir le blog associationciras.org