Cin'archéo du 6 Novembre : Braquage à l'égyptienne

CIN’ARCHEO vous convie à sa prochaine séance le vendredi 6 novembre (20 h 30) à la DRAC
(Salle Robida, 61 rue Saint-Fuscien), au cours de laquelle sera diffusé “Braquage à l'égyptienne”, un documentaire de 84’ réalisé en 2011 par Nick Green.

Entrée libre

Afin de garder ses trésors à ses côtés pour l’éternité, le pharaon Amenemhat III avait fait bâtir une véritable forteresse comme dernière demeure. Pourtant, quatre millénaires plus tard, les archéologues
découvrent que la tombe du roi est vide. Une équipe d’experts se penche sur ce mystère… En 1888, apres une année de fouilles, l’égyptologue anglais William Matthew Flinders Petrie trouve enfin l’entrée de la pyramide de Hawara. Construit pour accueillir la dépouille et les richesses du pharaon Amenemhat III, cet édifice vieux de 3700 ans a été étudié pour résister à toute intrusion. Mais le chercheur découvre que quelqu’un s’est déjà introduit dans ce bâtiment pourtant jugé inviolable. La chambre funéraire a été vidée de ses trésors, le cercueil du roi ouvert et sa momie brûlée. Pour tenter de comprendre quand et comment une bande de voleurs a pu mettre sur pied ce vol, Deanne Bell, ingénieur en génie mécanique, le Dr Kasia Szpakowska, historienne, Pierre Thallet, égyptologue, et Chris Mathers, un ancien agent d’infiltration, ont enquêté.


Résultat de centaines d’années d’expérience dans la construction, la pyramide de Hawara est une merveille d’ingéniosité. La structure, entièrement fermée, recèle de labyrinthiques couloirs, de nombreux
culs-de-sac et le tombeau du pharaon est protégé contre les violations. «Cette pyramide est équipée
d’une grande chambre funéraire, taillée dans un seul bloc de quartzite de 110 tonnes», explique Pierre Thallet. Pour le Dr Szpakowska, les pilleurs n’ont pu s’introduire dans l’édifice qu’en creusant un tunnel depuis l’un des caveaux du cimetière jouxtant la pyramide. Un travail de longue haleine, nécessitant une équipe motivée et tenace, ainsi qu’une organisation sans faille. Pour percer cette galerie d’une centaine de mètres, les voleurs ont dû charrier des mois durant des tonnes de gravats. Mais, une fois entrés dans la pyramide, comment ont-ils réussi à déjouer les différents systèmes de sécurité mis en place par les architectes pour protéger le tombeau et le trésor du pharaon ?

Prochain Cin'archéo : 2 décembre 2015

06112015.pdf
Document Adobe Acrobat 117.6 KB

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Prochainement

Mercredi 21 juin

Visite des fouilles d'Epagnette à 14 h avec Eric RIETH

Prochaine conférence :

Vendredi 16 juin - 20h30

Templeuve en Pévèle par Evelyne Gillet

Samedi 23 septembre :

Journée à Samara

Voir le blog associationciras.org