jeu.

09

mars

2017

Conférence du 17 mars par Philippe Brissaud et Christelle Desbordes

RECHERCHES RÉCENTES SUR LE TELL DIBGOU, CITÉ PHARAONIQUE
ET MÉDIÉVALE DU DELTA DU NIL

 

 

La prochaine conférence du CIRAS aura lieu le vendredi 17 mars (20 h 30) à la DRAC (Salle Robida, 61 rue Saint-Fuscien). Elle sera animée par Philippe Brissaud, directeur de la Mission Archéologique de Tell
Dibgou, Président de la Société Française des Fouilles de Tanis et Christelle Desbordes Directrice adjointe de la Mission.

 

Dibgou est l’un des sites les plus vastes et les mieux conservés du Nord-est du Delta du Nil. Il se situe sur les marges sud du Lac Menzaleh, à une dizaine de kilomètres au Nord-est du tell Sân el-Hagar, qui abrite les ruines de l’antique Tanis, capitale de l’Egypte au cours des XXIe et XXIIe dynasties.

 

Le tell correspond aux ruines de l’ancienne ville de Dibgou. Constitué de couches de terrains stratifiés sur une grande épaisseur, il s’élève à 20 mètres au-dessus du niveau de la mer et s’étend sur une surface de près de 70 hectares.

 

 

 

La documentation relative à Dibgou est très mince. Seules les sources arabes nous informent sur l’histoire de Dibgou, dans la phase terminale de son développement. La ville est notamment citée par des historiens tels que Muqaddasi à la fin du Xe siècle ou Ibn Duqmaq et Maqrizi au XVe siècle.

 

 

 

Jusqu’en 2014, aucune fouille archéologique n’y avait jamais été pratiquée, le lieu étant ainsi resté vierge.

 

 

 

Lire la suite 0 commentaires

lun.

20

févr.

2017

Conférence : vendredi 24 février 2017 - Les fouilles d'Epagnette par Eric Rieth

La prochaine conférence du CIRAS aura lieu le vendredi 24 février (20 h 30) à la DRAC (Salle Robida, 61 rue
Saint-Fuscien). Elle sera animée par Eric Rieth (CNRS-LAMOP. Musée national de la Marine, responsable des fouilles.

 

Entrée libre

 

En 2016, la fouille a porté en partie sur le secteur fouillé l’an dernier au niveau de la seule cargaison de tuiles et s’est prolongée en partie vers l’extrémité amont de l’épave. Au total, la zone fouillée a couvert une surface de prés de 12 m2. L’étude de la cargaison de tuiles a été achevée au niveau des deux dernières rangées de tuiles
plates conservées, chaque rangée étant constituée de plusieurs lots homogènes. L’étude des caractéristiques architecturales du bateau s’est poursuivie.


Au niveau de la cargaison, la structure du chargement des tuiles plates (plus de 80% de la cargaison) a été confirmée. Les tuiles sont disposées sur leur tranche, transversalement à l’axe longitudinal du bateau en rangées parallèles. Cette disposition transversale de la cargaison est organisée en fonction des membrures qui rythment toute la composition du chargement. Les tuiles reposent dans la maille séparant deux membrures directement sur la coque (bordé et sole), sans platelage de protection. Seule exception observée en 2016 : un élément en bois en forme d’extrémité de manche d’une rame a été mis au jour dans l’intervalle entre deux varangues. Cet élément servait de support des lots de tuiles plates toujours disposées sur leur tranche. L’étude systématique de la cargaison, avec des démontages ciblés de certains lots de tuiles, va désormais permettre de restituer l’organisation d’ensemble du chargement, y compris les zones laissées vides pour les manoeuvres du bateau et le rangement des lots de briquettes de tourbe.


Les analyses dendrologiques se sont poursuivies à partir d’une nouvelle série de prélèvements. Outre des
hypothèses sur une éventuelle provenance des chênes extérieure à la région picarde (hypothèses qui restent
cependant à confirmer), l’apport le plus important concerne la mise en évidence d’une orientation intentionnelle et particulière des plateaux de bois ayant servi à la réalisation des virures de la sole SOL 7, SOL 8 et SOL 9 faisant alterner houppier (sommet de l’arbre) et collet (base de l’arbre), tantôt orienté vers l’amont (avant présumé), tantôt vers l’aval (arrière supposé). En toute logique, le collet de l’arbre fournit des planches de largeur plus grande que le collet.

 

De nouveaux prélèvements d’échantillons de tuiles ont été
effectués pour les analyses de thermoluminescence qui ont confirmé e décalage entre les dates présumées de production des tuiles grande partie du XVIIe siècle pour les tuiles plates, fin du XVIIe siècle pour les tuiles faîtières et seconde moitié du XVIIe siècle pour les tuiles arêtières) et la date d’abattage des chênes destinés à la construction du bateau (années 1746/1747). De manière à
préciser le protocole d’analyses, quatre dosimètres (enregistrement du taux de radioactivité de l’eau de la Somme) ont été disposés dans la cargaison. Ils seront récupérés lors de la campagne de fouille de 2017.


CENTRE INTERDISCIPLINAIRE DE RECHERCHES ARCHEOLOGIQUES DE LA SOMME
Correspondance : 5 rue Henri Daussy. 80044 Amiens cedex
mel : f.payen@orange.fr

Lire la suite 0 commentaires

lun.

23

janv.

2017

Conférence : vendredi 27 janvier 2017 - Panorama 2017 des fouilles archéologiques dans la Somme

Le CIRAS vous convie à sa prochaine conférence qui aura lieu le vendredi 27 janvier 2017 (20 h 30)
à la DRAC (Salle Robida, 61 rue Saint-Fuscien).

Entrée libre

Tahar Ben Redjeb, ingénieur d’étude au service régional de la DRAC des Hautsde- France présentera son tour d’horizon annuel des opérations d’archéologie qui ont été réalisées dans le département. L’année 2016 a de nouveau amené son lot de découvertes, lesquelles font régulièrement progresser notre connaissance des
occupations anciennes.

Lire la suite 0 commentaires

Prochainement

 avrilCinarchéo vendredi 7 avril

Voir le blog associationciras.org